08/01/2006

 Pedro Almodovar

 

© Corbis Sygma

Réalisateur, Scénariste, Producteur, Producteur exécutif, Acteur, Chef décorateur, Compositeur espagnol

Né le 25 Septembre 1951 à Calzada de Calatrava (Espagne)

Biographie

 

Après une petite enfance à Calzada de Calatrava, Pedro Almodovar déménage avec ses parents à l'âge de 8 ans en Estrémadure. Il y étudie chez les Pères Salésiens et chez les Fransiscains. Pour se détendre, il se rend très régulièrement au cinéma.

A 16 ans, il part pour Madrid seul, sans argent. Pedro Almodovar veut y apprendre le cinéma mais l'Ecole officielle du cinéma vient de fermer sur ordre de Franco. Après plusieurs petits boulots, il décroche un emploi de bureau à la Compagnie nationale de téléphone espagnole où il reste douze ans. Parallèlement, il écrit des scénarios, tourne, de 1974 à 1979, des films en Super 8, joue au théâtre avec la troupe "Los Goliardos" et participe à un groupe punk-rock parodique "Almodovar y McNamara".

Avec l'arrivée de la démocratie en Espagne, il sort
Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier. Alors que le mouvement culturel la Movida se développe, il tourne Le Labyrinthe des passions et Matador qui révèlent Antonio Banderas. Baroque, adepte du kitsch et de la parodie, le cinéaste se fait un nom au-delà des frontières espagnoles avec Femmes au bord de la crise de nerfs. Il s'attache à des acteurs dont Victoria Abril, héroïne de Kika, Attache-moi ! ou encore Talons aiguilles.

Avec
Tout sur ma mère, Pedro Almodovar rafle un nombre impressionnant de prix : Prix de la mise en scène à Cannes, Oscar et César du Meilleur film étranger, Golden Globe ou encore sept Goya. Trois ans après, le même sort lui est réservé avec Parle avec elle, et mieux encore : Oscar du Meilleur scénario, cinq prix EFA, deux BAFTA, le Nastro d'Argento, le César et beaucoup d'autres prix partout dans le monde... sauf en Espagne. Almodovar revient derrière la caméra en 2004 avec La Mauvaise éducation, présenté en ouverture du Festival de Cannes.

 

 

 

 





00:37 Écrit par Tal | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.